Projet sur la volonté d’intervenir (W2I)

Link to the W2I reportLink to the W2I press conferenceLink to the W2I Launch Floor recordings






Le projet novateur sur la volonté d’intervenir (W2I) est une initiative canadienne de recherche qui soulève de nouveaux arguments pour la prévention du génocide, des crimes contre l’humanité, du nettoyage ethnique et des crimes de guerre, et, au pire, l’intervention dans des contextes où de telles atrocités se déroulent. Le rapport W2I permet de mieux saisir la menace que représentent les atrocités de masse pour la sécurité et la prospérité économique du Canada et il fait valoir que le gouvernement du Canada devrait faire de la prévention des atrocités de masse une de ses priorités nationales en raison de son importance cruciale.


Le projet W2I est codirigé par M. Frank Chalk, directeur et cofondateur de l’Institut montréalais d’études sur le génocide et les droits de la personne, ainsi que par Roméo Dallaire, sénateur et ex–commandant de la Force de la mission d’assistance des Nations Unies au Rwanda.
L’objectif fondamental du rapport W2I, intitulé Mobiliser la volonté d’intervenir : leadership et action pour la prévention des atrocités de masse, est de déterminer des mesures stratégiques et pratiques pour accroître la capacité des représentants du gouvernement, des législateurs, des fonctionnaires, des organisations non gouvernementales (ONG), des groupes d’intervention, des journalistes, des propriétaires de médias et des gestionnaires dans le but de renforcer la volonté politique de prévenir les massacres. Le rapport fournit des recommandations de politiques pratiques pour atteindre cet objectif.

Le rapport s’inspire d’entrevues effectuées auprès de plus de 80 spécialistes de la politique étrangère et leaders d’opinion au Canada et aux États–Unis. Beaucoup des personnes interrogées ont participé directement au processus décisionnel des gouvernements canadien et américain lors du génocide rwandais de 1994 et de la crise au Kosovo de 1999, témoignant à la fois du défaut d’agir et de la ferme volonté d’agir. Les chercheurs du projet W2I voulaient également comprendre ce que les groupes de la société civile et les médias auraient pu faire pour accroître les pressions sur le premier ministre Jean Chrétien et le président Bill Clinton afin de sauver des vies au Rwanda. Ils désiraient savoir si la société civile avait joué un rôle dans les décisions du Canada et des États-Unis de sauver des vies au Kosovo et les facteurs qui ont incité ces pays à intervenir. Ils ont conçu leurs questions en mettant le cap sur l’avenir, c’est–à–dire en cherchant les « leçons apprises », lesquelles sont appuyées non seulement par leurs entrevues, mais également par des études savantes sur les politiques des gouvernements canadien et américain.
Le rapport a été rendu public au Canada le 22 septembre 2009. Le lancement parlementaire canadien a eu lieu le 1er octobre et un groupe d’experts chevronnés ont discuté des recommandations de politiques liées au projet W2I à l’intention des parlementaires. Les détails sur les conférenciers seront transmis prochainement.
Entre-temps, consultez le site Web de l’Institut montréalais d’études sur le génocide et les droits de la personne : http://migs.concordia.ca/W2I/W2I_Project.html

Pour en savoir plus sur l’équipe de recherche W2I, cliquez ici.

Membres du Comité directeur de recherche W2I : noms et notices biographiques, cliquez ici.

Participants aux ateliers de consultation W2I : noms et notices biographiques, cliquez ici.


Le MIGS reconnaît l’appui essentiel à W2I offert par la Simons Foundation (Vancouver) et l’Université Concordia, ainsi que l’aide généreuse de James Stanford (Calgary) et de la Aaron and Wally Fish Family Foundation.


Creative Commons License
by Will to Intervene Project is licensed under a

Creative Commons Attribution 2.5 Canada License.


Toute photographie de W2I est créditée à Wayne Rogers, “Photographer for the Masses”